Le projet

Rhin-Solar est un projet Interreg IV A du Rhin Supérieur qui se déroule du 1er Janvier 2012 au 31 Décembre 2014, avec un budget total de 4 Millions d’Euros..

Les treize partenaires de Rhin-Solar, cités ci-dessous, forment un pôle d’excellence scientifique qui a comme vocation la promotion et le développement du photovoltaïque organique dans le Rhin-Supérieur.

  • Centre National de Recherche Scientifique
  • Université de Strasbourg
  • Université de Haute-Alsace
  • Centre Suisse d’Electronique et de Microtechnique
  • Albert-Ludwigs-Universität Freiburg
  • Karlsruher Institut für Technologie
  • RBNano
  • ROWO
  • Pôle Alsace Energivie
  • SOPREMA
  • Fraunhofer ISE
  • i-net Basel
  • Universität Basel
Le projet est co-financé par :
  • Le programme Interreg IV A Rhin-Supérieur
  • La Regio Basiliensis
  • La Confédération Helvétique
  • Les cantons de Bâle-Ville et de Bâle-Campagne

Objectifs :

Le projet Rhin-Solar poursuit deux objectifs ambitieux et complémentaires. Le premier est d’ordre stratégique et vise à mieux positionner la recherche sur le photovoltaïque organique du Rhin-Supérieur dans le contexte mondial. Le second objectif est d’ordre scientifique et ambitionne d’accélérer le développement du photovoltaïque en s’appuyant sur les nombreuses compétences et ressources complémentaires disponibles dans le Rhin-Supérieur.

Contexte

L’énergie photovoltaïque utilise les cellules solaires pour convertir l’énergie lumineuse en énergie électrique. Elle est devenue un élément indispensable dans la lutte contre le changement climatique. Depuis plusieurs années, une nouvelle génération de dispositifs photovoltaïques prend de l’essor : le photovoltaïque dit « organique ». Cette nouvelle technologie utilise des molécules organiques sous forme de films minces pour convertir la lumière en électricité. Elle est une retombée directe de la découverte, dans les années 1970, de molécules « conductrices », capables de véhiculer efficacement le courant électrique. Après le développement rapide de diodes électroluminescentes organiques pour l’éclairage ou l’affichage, les chercheurs ont commencé à explorer les possibilités d’utilisation de ces matériaux organiques pour l’élaboration de cellules solaires. Les performances photovoltaïques ont connu récemment une avancée spectaculaire, égalant désormais celles des dispositifs à base de silicium amorphe. Grâce à la facilité de la mise en œuvre des matériaux organiques (type impression à jets d’encres), cette technologie devrait permettre de réduire considérablement le coût de production de modules photovoltaïques et d’élargir ainsi les possibilités d’application de cette source d’énergie renouvelable.

De nombreux instituts de recherche et développement, localisés dans la région du Rhin Supérieur, mènent aujourd’hui, de façon indépendante, des travaux dans le domaine du photovoltaïque organique. Leurs activités couvrent un très large spectre de connaissances scientifiques et technologiques, allant de la synthèse de molécules photo-actives aux techniques d’impression de modules photovoltaïques. Le projet RHIN-SOLAR vise à mettre en réseau l’ensemble de ces acteurs afin de créer un pôle d’excellence transfrontalier en photovoltaïque organique. La forte complémentarité des compétences présentes au sein du consortium RHIN-SOLAR ainsi que la proximité géographique sont deux atouts exceptionnels qui permettront aux équipes partenaires de travailler en synergie et de contribuer plus efficacement au développement de la filière organique. En outre, la participation au projet de deux clusters ancrés à l’interface entre la recherche et l’industrie ainsi que de plusieurs partenaires industriels, établit un lien fort entre la recherche scientifique et le monde industriel et crée un environnement favorable au transfert technologique.

Activités du projet

Les activités menées dans le cadre du projet sont dédiées principalement aux travaux de recherche et de développement de la technologie photovoltaïque. Un second volet, non moins important, du projet est consacré à la communication.

Travaux scientifiques :
  • Conception et synthèse de nouveaux matériaux organiques pour le photovoltaïque organique
  • Caractérisations avancées des propriétés physico-chimiques et optoélectroniques des matériaux
  • Intégration des matériaux dans des cellules photovoltaïques de petites dimensions et identification des matériaux les plus performants
  • Optimisation des cellules photovoltaïques mettant en œuvre les matériaux pré-sélectionnés
  • Développement de nouvelles électrodes transparentes pour la fabrication de modules flexibles
  • Elaboration en continue de modules solaires
Communication :
  • Grand public : présentation de la technologie photovoltaïque organique lors d’expositions régionales
  • Industries : organisation d’un forum annuel Recherche et Industrie sur le photovoltaïque organique

 

Se connecter à l'extranet